mars 9

Zérotage du laser

7  comments

Zérotage du laser

Zérotage d’un désignateur laser pour arme de poing

Un LASER (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation) est un dispositif permettant de produire faisceau cohérent de lumière (souvent rouge ou vert pour les systèmes d’aide à la visée) dont la trajectoire est une parfaite ligne droite à l’instar de la ligne de mire. A l’inverse, une balle qui quitte la bouche d'un canon décrit une trajectoire courbe du fait de l'attraction terrestre.

Le LASER étant le plus souvent monté sous le canon des armes de poing, on notera que le faisceau ne coupera la trajectoire balistique qu'en un seul point.

Il devra être zéroté à une distance donnée de la même manière qu’un système de pointage plus classique (appareils de visée mécaniques, viseur point rouge, systèmes optiques, etc…).

Mais quelle distance choisir ? Comment procéder à ce simbleautage ? Quels sont les paramètres à prendre en considération ?

laser arme de poing

Les différents protocoles de réglage :

Le "PVPT" (point visé /point touché) est le protocole le plus classique. Il reprend purement et simplement une procédure déjà parfaitement connue et maitrisée : l’opérateur choisi une distance précise puis règle son laser de manière à ce que ses impacts coïncident précisément avec le point du faisceau.

En choisissant cette option l’opérateur doit impérativement connaître la différence entre le point visé et le point touché à toutes les distances de combat. (que ces distances soient supérieures ou inférieures à la distance de zérotage).

Qui plus est, avant de choisir cette approche, il faut avoir à l’esprit le fait qu’avec ce type de zérotage, le faisceau sera à certaines distances d’engagement masqué par la silhouette de l’arme. Par conséquent le tireur sera contraint de modifier sa position de tir pour voir le point du laser sur sa cible. Cette modification de sa posture risque de changer sensiblement sa gestuelle, ses sensations, son temps de réaction (d’autant plus s’il " cherche " son laser des yeux)...et donc globalement son efficacité.

C’est la raison pour laquelle une autre procédure, le zérotage "haut", sensiblement plus fine et beaucoup moins connue, est utilisée par certains professionnels.


Le Zérotage "haut". Ce principe de réglage consiste globalement à associer le LASER aux appareils de visée mécaniques.

Il s'effectue à une distance de 10m en amenant simplement le LASER à fleur du guidon.

Lors du zérotage le tireur adopte sa position de tir habituelle, en prenant sa visée de manière classique. Il ne change absolument rien à sa gestuelle.

Ce zérotage permet de voir parfaitement le point du laser au dessus de ses appareils de visée mécaniques pour toute distance supérieure ou égale à 5m.

En dessous de 5m, le point du LASER reste masqué par l'arme mais à ces courtes et très courtes distances, avec ou sans LASER, les opérateurs utilisent en général des techniques de tir ne nécessitant pas de prise de visée " classique ".

Jusqu'à une vingtaine de mètres, un tireur entraîné obtiendra aisément un groupement de la taille de la paume d'une main, avec un léger décalage des impacts vers le bas à mesure que la distance augmente.

Au-delà d’une vingtaine de mètres, l’utilisation du LASER devient plus délicate. En effet, la stabilisation de l'arme est sensiblement plus complexe à cause des mouvements du point LASER sur la cible. Un tireur entraîné sera généralement plus efficace en utilisant ses appareils de visée mécaniques. Néanmoins l'option du LASER reste toujours envisageable dans de nombreux cas de figures : conditions de luminosité difficiles, positions de tir non-académiques, tir depuis un couvert, etc…

Mais dans tous les cas le tireur aura l’avantage de conserver ses appareils de visée comme repères. C’est également un avantage lorsque plusieurs équipiers utilisent des LASERS simultanément.

L'emploi du LASER correspond assez bien à ce que votre cerveau reptilien va vous pousser à faire en combat (sous stress intense): c'est à dire regarder la menace, et ouvrir les deux yeux pour capter le plus d'informations possibles.

Avec ce type de réglage, comme vous vous entraînez à avoir votre arme (en général) et vos appareils de visée (en particulier) dans votre champ de vision, toute votre gestuelle vous permet de pouvoir passer rapidement, d'un mode d’acquisition à un autre, si la situation l’impose. Notamment, en cas de panne/bris de votre désignateur laser au cours de l'action, vous changez seulement de point de focalisation / mode d'acquisition mais tout le reste de la séquence de tir reste identique.

Il a été constaté lors de certains tests, qu'un tireur équipé d'un LASER perdait en règle générale plus de temps qu’un tireur " classique ", lorsqu'il allait chercher du regard le point sur la cible. Ce type de réglage permet de conserver les avantages des deux approches: l’aspect kinesthésique d'un coté et la visée de l'autre.

Enfin, le zérotage "haut", offre également l'avantage non négligeable de pouvoir être effectué puis contrôlé ponctuellement sans même avoir à tirer.

Notez qu'à aucun moment nous n’avons abordé dans ces lignes l'aspect tactique de l'emploi de ce type de système d'aide à la visée. Sujet à part entière qui mériterait qu'on s'y attarde plus particulièrement.


Note : Les données contenues dans ce document ont été testées et validées avec un Glock 17 équipé d’un LASER modèle TLR2. Toutefois, en changeant le couple arme/désignateur laser, de légères différences pourront parfois être constatées, notamment au niveau des distances. L’opérateur pourra néanmoins appliquer les mêmes principes en effectuant les adaptations nécessaires.


  • Bonjour la communauté, un grand merci pour cet article qui me fait découvrir un autre mode de réglage que le PVPT, le réglage haut me parait une alternative de qualité. Et merci pour la rédaction claire et précise, ça se lit tout seul, bravo !

  • euh, vaste sujet, comme vous le dites on parle pas de l aspect tactique ici, mais en fait a mon sens un laser n’a qu un but tactique (évidement ça ne concerne que mon avis hein :D). Et donc du coup pour ma pars j utilise un réglage (comme sur une arme longue) un réglage parallèle a mes organe de visé. Mais encore une fois c est du a mon coté « utilisation tactique ».

  • Je n’ai jamais été un fan du Laser comme aide à la visée. Les outils Laser qui permettent de prérègler les optiques sur les armes d’épaule sont très utiles. Sur une arme de poing je préfère un mini viseur point rouge + lampe montée. Le Tritium étant interdit on oublie malheureusement.

  • Super 👍, très clair !
    Petite question : compatible avec un red-dot 🤔 ? Y’a t’il un intérêt à avoir les deux ? La TLR2 (lampe + laser) je vois bien, mais couplé avec un red-dot ??

  • Merci pour ces précisions très utiles. J’ai une question, faut-il refaire le zérotage régulièrement ? autrement dit le laser peut-il se dérégler en fonction du nombre de tirs ?

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Articles Similaires

    Cohérence Cardiaque, Le guide du Stress au combat

    Lire L'article

    Le Stress au Combat

    Lire L'article

    Les enfants et les armes à feu (partie 2)

    Lire L'article

    Les enfants et les armes à feu

    Lire L'article
    >